Pourquoi le Collectif Ripeurs ne parle des conflits sociaux?

 

Voilà un sujet que nous assumons parfaitement.

Notre association a pour but de " Valoriser " l'image des éboueurs, et force est de constater qu'il y a énormément de travail.

En effet, une grande partie de la population n'a aucun contact avec les éboueurs. La plupart d'entre eux n'ont pas forcément une image positive de notre corporation et pour cause... L'image renvoyée par les médias est extrêment négative.

Les seuls moments où l'on parle de notre métier et "en général" lors des conflits sociaux, pour les calendriers et bien évidemment le Fini/Parti! 

De plus, certains nous voient uniquement lorsque nous collectons les rues et qu'ils sont bloqués derrière la benne.

Il vous suffit de taper sur votre moteur de recherche le mot

"Les éboueurs" pour voir les résultats. 

L'image que véhicule donc les médias à notre encontre est forcément négative et une partie de la population nous identifie aux images ou informations qu'elle reçoit. 

Nous ne pouvons que regretter que tous ces médias nous identifient uniquement aux conflits.

Il y a pourtant tant de choses à dire sur toutes ces personnes qui méritent d'être mis en lumière.

Vous faites un métier pénible, noble mais ingrat.

Notre association ne cesse de contacter les "Grands" médias télévisés chaque année, lorsque nous réalisons notre action caritative "Les éboueurs ont du Coeur", où nous réussissons depuis 2013 à réunir de plus en plus de villes autour de cette action.

Malheureusement, les réponses restes vaines...et pour cause, le sujet ne les interesse pas. Ils préfèrent nous mettre en lumière uniquement lors des conflits.

Comment voulez vous, que la population nous respecte si l'image que nous véhiculons est négative? 

Les conflits sociaux existent partout, la collecte n'echappe pas à la règle, d'autant plus que la plupart du temps ils sont justifiés, ne serait-ce que par la pénibilité du métier.

Nous ne sommes pas malheureusement des pompiers, des policiers, infirmières ou soldats pour mériter d'entendre parler de nous en bien...

Nous sommes juste là, pour ramasser les déchets et surtout se taire. 

Travailler en silence, ne pas bloquer les rues, bien ranger la poubelle et oublier que nous faisons un métier d'utilité publique avec une certaine proximité avec les usagers que nous croisons.

Voilà, chers collègues, pourquoi nous ne préférons pas parler des conflits. Nous reprochons aux médias de ne parler que de nous que pour les mauvais moments pour que nous puissions faire la même chose. Nous préférons vous montrer différements, vous montrer comme vous êtes, c'est à dire FORMIDABLES. Merci à tous.

Nous ne remerçions pas BFM, ITELE, M6 et tant d'autres qui nous font énormément de mal. Merci à France 2, France 5 et les journaux locaux qui ont une toute autre vision de l'humain. 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Christophe Clerfeuille